VELO CLUB DE CLAMECY UFOLEP

Une nouvelle petite histoire de Jipe

Elle fait partie du deuxième tome du livre « Nouvelles cyclistes  »
samedi 20 octobre 2012 par jipe

Brèves régionales…

L’auteur remercie son ami Michel Carvoyeur pour un bon nombre de ses confidences cyclistes…

L’abeille.

Tous les habitants de la partie nord de l’hémisphère terrestre connaissent J.C.car, depuis deux mille ans on invoque l’avant J.C. et l’après J.C., c’est comme ça, grâce à un prêcheur araméen ou « nazarethin » qui a sévi dans sa région et dont la parole a, comme on dit communément fait « tache d’huile »…

Notre J.C. de Clamecy aurait pu lui aussi prêcher au sein du peloton, lui, l’heureux bénéficiaire d’un miracle lors d’une course dont l’arrivée se jouait dans la fameuse côte de la Ferme Blanche…

Mais ne mettons pas la charrue avant le cheval vapeur, le propulseur tient moins bien la route que le tracteur…

Tout a commencé lors d’une séance d’entraînement en compagnie d’un camarade de club de notre ami J.C.

Depuis l’affaire terrible du tour de France qui avait valu l’expulsion d’un coureur convaincu de dopage, une suspicion générale et dévastatrice s’était installée dans tous les pelotons professionnels et amateurs. Toute victoire faisait de celui qui l’avait emportée un suspect potentiel et les doutes sur son intégrité sportive s’accentuaient si par hasard il passait la ligne d’arrivée deux fois consécutives en tête. L’ambiance au sein des coureurs était devenue plus que malsaine. Chacun épiait l’autre, prêt à la délation, et quand une main se glissait dans la poche d’un maillot, les regards se focalisaient sur l’objet qui en sortait. Or ce jour là, J.C. et J.P. rentraient gentiment après s’être « tiré la bourre » dans les collines environnantes. Les deux compères avaient tant donné de leurs corps que leur allure ne dépassait pas celle d’un train de vieux sénateurs en retraite…

Victime d’une fringale soudaine, J.P. se laissait emmener dans la roue de son copain en le priant de ralentir de temps à autres car son regard avait perdu de la lucidité et ses jambes lourdes ne répondaient plus aux accélérations même légères de J.C.

- T’as pas un p’tit truc à manger ?, j’en peux plus, avait-il demandé, après avoir observé une bosse dans la poche du milieu de son prédécesseur.

- Non, j’ai plus rien, j’ai tout avalé, j’suis désolé…

- Mais dans ta poche là, y’a encore quelque chose, t’es sûr que ça s’mange pas ?

Ce disant, il éprouvait le sentiment perfide que son ami ne voulait pas partager sa dernière ressource en nourriture du jour.

- Qu’est ce que c’est, là dans ta poche, une chambre à air ?

- Non c’est un secret, j’peux pas te l’dire…

- Un secret ? des amphètes ? T’as pas un p’tit bout d’sucre ? Allez, dis moi c’que t’as dans la poche…

- Non, c’est mon abeille…

- Quoi, une abeille ? tu t’fous de moi ?

- C’est un secret à moi, tu peux pas comprendre, c’est compliqué… Avait ajouté J.C.

- Qu’est-ce que tu peux bien faire avec une abeille ? Raconte moi, j’le dirai à personne, c’est juré… Insista J.P. en crachant sur le côté de la route pour montrer sa bonne foi.

- Tu l’répète pas, c’est sûr ?

- Parole ! ça reste entre nous…

- Tu t’souviens de la course de Clamecy, l’année dernière ?

- Celle que t’as gagnée au sprint ?

- Oui, celle là, j’avais souffert pendant toute la course… Des crampes j’pouvais plus pédaler, j’avais pas assez bu, ou j’étais fatigué, j’sais pas, mais je trainais en queue de peloton, pour moi, J.C, c’était un vrai chemin de croix. Vraiment j’avais failli abandonner tellement ça faisait mal, heureusement l’arrivée se trouvait pas loin, y’avait plus que la bosse à monter, la Ferme Blanche…

- J’croyais même que j’allais pas pouvoir, que j’allais m’arrêter en bas près du pont sur le Beuvron… Ça flinguait déjà pour la gagne et j’me trainais derrière en attendant que ça passe… J’en pouvais plus des crampes, tu sais c’que c’est… C’est à c’moment qu’y a eu le miracle, j’me suis fait piquer par une abeille…

- Ah oui, et alors ? T’as pris la mouche ?

- J’sais pas mais d’un seul coup mes crampes sont parties, ça m’a fait comme une brûlure dans les jambes, j’ai plus rien senti, j’sais pas si c’est l’venin, mais j’te jure, plus rien, plus d’crampes, un vrai miracle. J’suis remonté en tête et j’ai gagné au sprint, tu m’crois ?

- Elle avait bouffé des amphètes ton abeille…

- Ecoute, c’est incroyable, ça m’a fait l’effet d’une piqûre de dope, j’te jure que c’est vrai, c’est pour ça que j’prends toujours mon abeille avec moi !

Incrédule mais circonspect, J.P. avait bien voulu croire à l’histoire de son copain, pourquoi pas ? se disait-il en pédalant, c’est sans doute vrai, ce serait intéressant d’en parler à mon médecin… Abeille ou non, sa fringale s’était estompée et ses jambes avaient retrouvé leur puissance, grâce à l’hyménoptère un deuxième miracle s’était produit… J.P. se promit alors d’emporter avec lui une abeille, mais une reine, pour plus d’efficacité…

Cette histoire fait partie du deuxième tome du livre « Nouvelles cyclistes » en vente au magasin « Cycles et sport » de Clamecy ou par internet « Jipevieren@hotmail.com »


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | <:Visiteurs depuis le 01/09/2014:> : 208 / 308125

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Vu par Jip Technique et Culture  Suivre la vie du site Art et culture   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License