VELO CLUB DE CLAMECY UFOLEP

Une séance de home-trainer avec Yoann Offredo

mercredi 21 décembre 2011

posté par Pascal Bertho le 20/12/2011

 


Il fait parti de la jeune équipe de Marc Madiot à la FDJ-BigMat qui a mis le feu aux poudres, sur de nombreuses courses en 2011. Une blessure au pied sur Gand-Wevelgem l’a privé de plusieurs rendez-vous où, à n’en pas douter, il aurait su montrer le bout de son guidon. Aujourd’hui, cette saison est inscrite au passé et il se prépare déjà sur celle à venir.

Yoann Offredo a accueilli, avec beaucoup de simplicité et de disponibilité, Cyclism’Actu chez lui, en Ile de France, pour quelques heures, à l’occasion d’un de ses entrainements quotidiens. Il nous ouvre les portes de son domicile, tout en répondant à nos questions.

Il est 10h00, ce lundi, lorsque nous le retrouvons. Yoann est déjà en tenue, prêt à s’entrainer sur home-trainer pendant deux bonnes heures. Il faut dire que ce matin la température affiche - 1°. La pluie de la nuit a rendu les routes verglacées et interdit, bien sûr, toute prise de risque. Cependant, Yoann nous avoue que « la météo en Ile de France n’est pas un souci en temps ordinaire. La pluie, le vent ne m’empêchent pas de rouler. Et comme nous le dit Marc [Madiot]) : il y a toujours du ciel bleu même sous la pluie. Cela forge mon physique aussi pour les courses du printemps, où la météo n’est pas toujours clémente. »

 « 2 heures sans pause ! »

Le home-trainer est installé dans le séjour. C’est là que le coureur Francilien va suivre le programme que lui a concocté Frédéric Grappe, l’entraineur de l’équipe au trèfle. Le SRM (un capteur de puissance) est connecté à l’ordinateur portable, tout est prêt, c’est parti. La priorité est donnée à la puissance développée, ici, pas d’intérêt à suivre son rythme cardiaque. Du reste, Yoann, comme tous ces champions, "tourne" à 32 pulsations par minute au repos et est capable de monter au maximum à 194. Les amateurs apprécieront !

Le programme est varié : travail sur une jambe, travail en sur-braquet (utilisation d’un développement important de type 53x11), travail en allure type course, et travail de la souplesse des chevilles. Très vite la sueur coule et Yoann, un œil sur son ordinateur, poursuit son travail du jour. Il faut avouer que 2 heures sur home-trainer équivaut à environ 4 heures sur route. « Vous savez, il n’y a pas de pause pendant 2 heures, même si nous avons des plages de vélocité où nous récupérons quelque peu. Sur la route, nous avons des pauses, ne serait-ce que les descentes ou les feux tricolores. C’est pour cette raison qu’on ne passe pas 4 heures d’affilées sur un home-trainer ! »

Voilà plus d’une heure que le coureur de la FDJ-BigMat tourne les jambes à un rythme élevé. Les courbes du SRM s’inscrivent sur l’écran de l’ordinateur. Tout le travail repose sur les watts développés. Ce travail demande beaucoup de concentration, car il faut rester en permanence dans les plages qu’exige la séance. C’est aussi cela l’entrainement scientifique, rien n’est fait au hasard.

« Se faire mal, cela ne me gène pas »

Et le mental dans tout ça ? Pour ceux qui ont pratiqué cet exercice, il est souvent laborieux et ennuyant. Que pense Yoann de cet aspect des choses ? « Pour moi, vous savez, tout jeune j’ai toujours voulu faire les choses à 100%. Aussi bien à l’entrainement, en course ou même dans mes études, lorsque j’ai préparé une licence de gestion. Vous savez, Lance Armstrong avait l’habitude de dire qu’un malade du cancer souffrait 24 heures sur 24. Moi, sur mon vélo, je souffre quelques minutes par jour pour pouvoir faire ma passion. Alors se faire mal, cela ne me gène pas, et même si certains exercices sont difficiles, ils le seront toujours moins qu’une souffrance due à la maladie. »

On arrive au bout de ces 2 heures. Yoann est tout en sueur, mais ne semble pas exténué. « Non ça va. Je vais manger une collation, puis dans l’après-midi je referai une séance d’1h30 et puis, si j’ai le temps, j’irai nager 1 heure. » Ce qu’il ne nous dit pas, c’est qu’il a déjà fait 1 heure de gainage, d’étirements et d’équilibre grâce au swiss ball. (Gros ballon où le sportif s’allonge dessus pour réaliser des exercices spécifiques musculaires)

En 2 heures, Yoann Offredo aura perdu presque 2 litres d’eau. Il aura travaillé comme il le fait chaque jour. Certains diront qu’il n’a fait que son travail de coureur professionnel. Bien sûr, et il en est conscient. Mais à vouloir toujours faire tout à 100%, il se donne les moyens de bien faire le métier comme l’on dit.

Il est 12h15, nous quittons Yoann. Nous laissons un coureur attaché à se donner tous les moyens de réussir. Le but ultime n’est-il pas de gagner ?

Nous vous proposons de retrouver Yoann en vidéo. Vous vivrez les meilleurs moments de son entrainement. Il nous parle aussi du SRM et de la géolocalisation des coureurs cyclistes dans le cadre de la lutte anti-dopage. Enfin, il nous présente son programme pour 2012 et ses grands objectifs.

Propos recueillis par Pascal Bertho


En lire d’avantage sur Cyclism’Actu :

http://www.cyclismactu.net/news-roue-libre-une-seance-de-home-trainer-avec-yoann-offredo-21239.html

 


Accueil | Contact | Plan du site | | Statistiques du site | <:Visiteurs depuis le 01/09/2014:> : 545 / 388563

Suivre la vie du site fr  Suivre la vie du site Annonces  Suivre la vie du site Lu sur le web   ?

Site réalisé avec SPIP 3.0.17 + AHUNTSIC

Creative Commons License